Ah! D’accord! C’est ça le parcours du combattant!!

la mairie du bled :

  • ne sait pas certifiée conforme les photocopies : Madame un recto/verso ça se tamponne sur les 2 faces!!!
  • ne veut pas signer à côté du tampon (c’est pourtant ça la bonne pratique)
  • ne veut pas noter son identité (c’est pourtant ça la bonne pratique)
  • ne demande pas à son ami venu lui tenir compagnie un vendredi aprem de sortir de son bureau car les démarches effectuées y sont confidentielles…comme indiqué sur la porte… (c’est pourtant ça la bonne pratique)
  • dit « ça ira je vous dit! A moins que celui qui vous le demande est vraiment chiant!?! » (c’est pas ça la bonne pratique, et puis chiant= réglementation dans cette circonstance….non?)

Les + : Elle ne possédait qu’un tampon c’était le bon! Rond et marianne non stylisée!

Constat : On ira voir ailleurs!

Le doc du bled :

  • n’a pas le temps, on verra ça plus tard! ( ben je peux avoir au moins un rdv svp??, car c’est pourtant ça la bonne pratique)

Le service AMP :

  • va mettre la demande d’attestation de strérilité (oui ça pique un peu ça…) sur le bureau du doc, QUAND il le verra, le fera. « on ne peut pas courir après les médecins dès qu’on a besoin d’un papier Madame » (oui mais tu peux juste sourir quand je te parle!)

Le notaire :

  • est en vacances

L’employeur 1 ( qui a + de 7000 employés):

  • ne veut pas notifié le poste sur l’attestation de travail « on a déjà fait ce genre de papiers, on nous a jamais demandé ça! (c’est pourtant ça la bonne pratique pour mon pays chéri : c#n%sse!)
  • ne veut pas chercher l’original de mon bulletin de paie gardé (en otage?) dans un grand carton avec pleins d’autres copains, parce qu’on les envoie pas aux personnes en congés de formation…. (merci!)

Les + : A le bon tampon, et la signature est légalisée directement!

L’employeur 2 ( qui a 2 employés et 1 intérim):

  • ne veut pas faire d’avance sur salaire pour combler le trou dû à une semaine de pose d’heures sup forçées (par lui-même), surtout qu’il a bien dit à mon mari que « moi aussi j’ai des problèmes familiaux! » (Je lui péterai bien sa gue%le…)
  • peut réfléchir à tout ça ok… » vas y amène moi ton agrément, je lis tout ça et je verrai » (y a -t’il besoin que je commente?????)
  • ne se déplacera pas pour faire légaliser sa signature chez le notaire (oui oui je vais lui péter sa gue%le!). Apparement serait d’accord pour aller en mairie, Monsieur est trop bon…c’est à moins de 1 minute.

Les + : …..euh…

Ah si! la comptable nous propose d’aller faire légaliser la signature si ça peut aider…mais ça ne marchera pas! L’intension y était c’est déjà ça. Elle, elle va avoir le droit aux chocolats 😉

ALORS VOILA :

HUMEUR DU JOUR : 

 

Publicités

Début d’année mais fin d’un cycle…

IMG_4202bMon ventre n’en peut plus, heureusement mes cuisses et mes bras l’aident à supporter les 61 aiguilles qui auront transpercées mon corps pour cette FIV 5.

Mon corps est imbibé, c’est une éponge à saturation, l’impression que les solvants, produits, hormones suppurent par tout ses pores.

Mon cerveau a besoin d’air, d’oxygène…vite!!! Il asphyxie!

Mes nuits sont courtes, mes jours si longs….

Et c’est mon cœur qui a peur de se déchirer quand la page va se tourner.

Mon J1 est arrivé le 31/12/2013, j’ai donc continué la série des piqûres,  avec un petit package de 4/soir dont 1 très (très) douloureuse.

Le décompte a donc continué :

« mon dernier J1 stimulation AMP, ma dernière 1ère écho de contrôle, mon dernier lundi contrôle AMP, mon dernier mercredi, dernier jeudi, samedi : ce sera mon dernier déclenchement et lundi : ma dernière ponction. »

Mes pensées sont comme une bille dans un flippeur, elles passent d’un côté à l’autre d’une telle rapidité, elles rebondissent, elles se coincent, elles s’entrechoquent mais elles doivent tenir le coup jusqu’à la fin de la partie.

J’suis en tout cas en train de faire péter un HIGH SCORE!!!!

N.B. : Le paradoxe c’est que même si il y a beaucoup de souffrance avec cette FIV5 (qui se déroule comme les autres…),en ce moment quand j’imagine ma famille, mes enfants sont issus du pays où l’on espère adopter, ça me fait du bien et j’aime ça.

Enfin c’est eux que j’aime déjà : nos enfants.

Finir l’année en beauté…

Voilà sur quoi je tombe aujourd’hui en regardant la TV :

l’émission effet papillon sur canal + a eu le mérite d’en parler (et dire que je n’osais même pas imaginer que ça puisse exister!) :

Cliquez sur le lien suivant et essayer de tenir jusqu’à la fin du sujet.

No comment !

Ce lien ne sera pas toujours valable peut-être …je m’en excuse d’avance.

S’ouvrir! Essayer! Y travailler!

Faire le deuil….

– l’enfant biologique : je crois que je me poserai la question jusqu’à la fin de ma vie, à qui ressemblerait-il le plus? physiquement? le caractère? un fils? une fille?

Mais d’une certaine manière, je commence à digérer tout ça. Je me poserai toujours plein de question sur cet enfant, ces enfants, et ça c’est un fait, je n’ai pas envie de me battre contre ce sentiment si …normal.

Ce sera ainsi, c’est ma blessure, et j’espère qu’après la fin de l’A.M.P. une fois qu’elle sera béante et sanglante, quand elle se refermera, qu’elle le fera proprement, que cette cicatrice ne sera pas trop évidente, trop présente.

– la vision de ma famille : celle dont je rêvais, celle que je pensais pouvoir contrôlée…. elle se transforme, mais j’essaie encore de lutter, de résister, j’ai peur car elle s’estompe doucement, je m’y rattache, il ne faut pas…je dois m’ouvrir aux possibilités…je le dois.

Nous avons eu un autre rendez-vous avec la conseillère socio-éducative. Cette fois-ci c’était à moi de parler, ce que j’ai fait. Ça c’est très bien passé. Je me prépare pas pour ces rendez-vous, on voit plutôt le Conseil général comme des alliés, une aide sur ce chemin, on lui a dit d’ailleurs. Nous le pensons vraiment, je les trouve sans préjugés et plutôt ouverts. Peut-être que ça aurait été tout autre dans un autre département? en tout cas on se sent bien, on ne ressent pas l’œil inquisiteur, et le jugement. Mon côté naïve??? je ne pense pas.

On avait par contre pas mal réfléchi à notre demande pour l’agrément. Ils étaient partis pour 1 ou 2 enfants si fratrie, on avait suivi, on sait qu’on veut 2 enfants ça c’est sûr. Mais justement pourquoi ne pas s’arrêter sur 2 tout simplement. On en a exprimé le souhait. Deux ou rien! Voilà LA demande qui prouve que j’ai du mal à faire le deuil du contrôle, de MA famille rêvée… 

On se disait si on met 1 ou 2, à tous les coups ils vont nous en donner qu’un! Le « que » un peu paraître très capricieux, incompréhensible…etc…c’est mieux un que rien…etc oui bien sûr, mais ça résonnait surtout en moi comme un « nous n’allons pas l’avoir notre famille! Ils vont gagner » Je ne sais pas très bien qui est ce « ILS » mais il me paraissait plein de pouvoir, et très injuste, je ne voulais pas qu’il est le dessus sur notre rêve.

La conseillère a bien insisté sur le fait qu’on se fermait ainsi à l’adoption national, « vous êtes sûr?  » ouioui! Si vous pensez que ce n’est pas incohérent, et réalisable, oui c’est ce qu’on aimerait, on a trop peur de passer à côté d’une fratrie qui serait pour nous L’IDÉAL! (oui le rêvé)

Elle a été ok, en plus apparemment nous avons un très bon dossier psy! Qui l’eut cru??? (ça c’était la meilleure phrase de l’entretien, la petite chose qui nous va droit au cœur, qui nous soulage, nous encourage…ouiouiouioui Glhope n’en revenait pas, il était si heureux ;))

J’étais heureuse qu’ils prennent en compte notre demande de fratrie exclusif, oh oui. Mais le doute, être pris par un OAA, on entend dire partout que c’est horrible, que c’est très difficile, les conditions de recrutement…etc…

Donc j’ai appelé la semaine dernière notre OAA chouchou.

« NONONONONONONONONONONONON! Une fratrie avec le plus grand 4 ans et 11 mois maximum, je ne vous prendrai pas si vous restez la dessus! »

Patatraaaaa!

« Je ne peux pas vous prendre car je ne sais pas combien de temps ça prendrait 5, 6 ou 7 ans? ou jamais? Les fratries c’est plus avec des plus grands 8, 9 , 11 ans! Il faut pas que vous restiez la dessus…NONONONONONONON!

Ça m’a skotché…j’aimerais tellement avoir mes 2 enfants là tout de suite, oui 2! 2! On a discuté, en même temps j’étais heureuse, elle a pris le temps, elle a été honnête. « Si je vous prends une fois je vous prendrai une 2 ème fois pour un 2ème, et puis si vous mettez 1 ou 2, je peux garder en tête que vous voudriez vraiment 2!!! »

Cette conversation a tout remis en question. Oui bien sûr il ne faut pas qu’on aille dans le mur! Ça serait trop bête d’avoir un agrément qui sert à rien…qu’aucune OAA nous accepte… Puis j’avais l’impression que c’était LE coup de fil que je devais passer! Celui qui avait du sens.

On va donc changer. J’espère toujours que l’on puisse en avoir 2 en même temps, on a d’ailleurs rédigé notre lettre de motivation dans ce sens.

Mais tout ça me fait dire qu’il faut que je m’ouvre plus aux multiples possibles futurs.

Je pensais avoir fait le deuil du contrôle mais ce n’est pas le cas, pas tout à fait, il faut que j’y travaille. L’A.M.P. me retient un peu aussi je crois.

En fin de compte mon rêve…il n’y avait rien de plus commun…soyons fous, ne soyons pas ordinaire, soyons nous! Et nous verrons bien qui nous sommes! 😉

On arpente.

Depuis le résultat négatif de la dernière FIV, Glhope et moi on se repenche  tout naturellement sur notre projet d’adoption mais celà se fait progressivement.

Je crois que celà renforce la colère envers notre parcours AMP, l’impression de perdre son temps, son énergie avec les FIV. On aimerait presque être libéré de tout ça pour pouvoir vivre sereinement cet autre chemin.

Il y a un côté très culpabilisant d’arpenter ces chemins simultanément… Lors du dernier essai FIV, nous nous étions complètement fermés à propos de ce projet. C’était notre façon de croire en nos chances pmesques, notre façon d’espérer, de penser qu’on ne faisait pas tout ça pour rien, de ce dire : et puis après tout pourquoi pas nous ?cette colère commençait d’ailleurs à émerger, certains y arrivent, les FIV ça marchent pour beaucoup, alors M%rde et nous ? L’adoption on verra après.

Après l’échec, l’adoption est un réconfort (confort?), un pourcentage tellement plus important arrive à constituer leur famille ainsi… Mais aussi donc, très culpabilisant : si j’étais vraiment à 100% pour l’adoption, pourquoi je n’arrête pas tout de suite l’AMP ? Pourquoi je m’acharne ? Pourquoi je me torture ?

C’est difficile car je ne veux pas que nos enfants résument tout ça en : c’était votre solution de secours, c’est tout !

J’aimerai affirmer que non, mais je n’ai pas la chance, le « luxe » de choisir…nous nous battons, nous cherchons le chemin, et notre famille sera au bout de l’un d’eux… Je suis persuadée que quelque soit la manière avec laquelle nous arriverons à les respirer, elle paraîtra évidente, ce sera notre histoire, et c’était vers eux qu’elle était dirigée, eux ! « Ça ne pouvait pas être autrement ! »

Mais à ce jour ce n’est pas si simple ! On n’arrive pas à lâcher, car je suis persuadée que je me sentirai rassurée (apaisée ?) d’avoir tout essayer, de ne pas avoir de regrets… Qu’il est difficile de tirer un trait sur tout ce qu’on a imaginé depuis si longtemps, de se qu’on prenait comme une certitude, une évidence…toute simple….mes enfants je les sentirai en moi, ils me ressembleront, leur père n’aura pas peur de ne pas arriver à constituer un lien avec eux, moi aussi d’ailleurs….comme Glhope dit « Et si nous avions du mal à nous trouver ? » oui et si ? …Cette question ne devait pas se poser non, ce n’était pas prévu dans mes rêves d’adolescente…

J’ai toujours dit que le terme « re-produire » n’était pour moi pas un hasard, je sais que j’ai toujours vu dans mes futurs enfants une manière de me « refaire » une seconde fois. Loin de moi l’idée d’en faire des mini-moi, de leur faire vivre mes rêves, ou je ne sais quoi…non ! Mais c’était une manière de rattraper des événements douloureux vécus dans l’enfance, leur faire connaître des parents stables et un environnement protecteur…

Une façon de réparer.

En passant par l’adoption, ces enfants me ressembleront sur ce point là c’est sûr, mais c’est ce bout de moi que je voulais réparer, consoler…il n’y sera pas.

Mais pour finir, UNE certitude : si nous avons des enfants un jour, nous les aimerons plus que tout! C’est déjà pas mal! 🙂

Beaucoup de blog sont ou adoption ou amp, (quoique certains commencent à en parler) comme si il y avait un fossé entre les deux, mais ce n’est pas si simple, j’ai besoin d’exprimer cette phase, ces interrogations, ces peurs…

Nous avons tous plusieurs facettes

Insectarium (29)blog

Mon fil

Hier, 1er RDV pour l’obtention de l’agrément en vue de l’adoption.

Nous savons désormais, quelque soit l’issue, que le parcours d’adoption fera parti de notre histoire dans notre désir d’enfants.

Pas si simple… L’AMP et l’adoption sont si proches mais aussi tellement différent.

Il m’est difficile d’en discuter, d’ailleurs ne serais-ce que  là, d’essayer, et j’ai l’impression déjà de vous quitter. J’ai ce sentiment de faire ce pas en avant qui m’éloigne de la pma, il y a de la tristesse dans cette enjambée.

Et pourtant les choses sont claires dans ma tête! L’important pour nous c’est de construire notre famille, d’avoir des enfants, quelque soit la route qu’ils prendront pour arriver dans nos bras!

Il est aussi évident que ce serait flatteur, glorifiant, nombriliste, rassurant, qu’ils nous ressemblent. .La pma, la vie fera peut-être ça pour nous… Je garde en tête que nous sommes pas stériles mais infertiles…même si…

Et vu que je ne reprendrai pas la pilule de si tôt, le miracle se passera peut être un jour?

Nous pourrions les protéger dès leur conception. Avec l’option du don aussi, c’est sûr, nous y réfléchissons toujours…

L’adoption, elle, nous rassure, certes difficile, longue, compliquée, nous savons en tout cas que l’issue sera certaine, grâce à elle visualiser notre avenir ne ce fait pas sans enfant!Ça m’apaise!

J’ai fait mon deuil!Le deuil de l’anticipation, du contrôle, ça y est je suis ouverte, ouverte au hasard de la vie, aux avenirs multiples. J’avance sur mon fil!

Voilà depuis bien longtemps une de mes chansons préférées, j’évolue, avec elle, et voilà depuis quelques temps qu’elle résonne en moi avec une nouvelle signification…